Sortir de la confusion entre lecture et projection

Un livre papier n'est pas une “machine à lire”1). Un ordinateur, une tablette, non plus. Les uns comme les autres sont des “players” : ce sont des “machines à présenter” le livre. Ils sont sur le plan logique identiques à un magnétoscope qui projette sur une télé.

Seul l'humain lit, avec comme “machine” son œil, ses doigts, ses oreilles et son cerveau (auxquels il faudrait ajouter sa culture, son vécu, etc.).

Une fois le livre (ou toute autre forme éditoriale) rendu, le mode de lecture est le même dans le numérique et le papier.

Il serait bon de revenir au terme employé il y a peu de “moteur” de blog. Application et hardware sont des moteurs de formes éditoriales variées. Ils les rendent, restituent, projettent, propulsent (selon le terme souvent convenu en bas des pages de “sites”) selon la demande de l'éditeur. Ces productions éditoriales sont ensuite lues par quelqu'un.

Vocabulaire à adopter (y compris pour l'ensemble presse/papier) :

  • rendu
  • restitution
  • projection
  • propulsion

1)
Escarpit, R. (1992). Sociologie de la littérature (8ᵉ éd.). Paris: Presses Universitaires de France. Consulté à l’adresse http://ressources-socius.info/index.php/reeditions/17-reeditions-de-livres/173-i-sociologie-de-la-litterature-i
Entrer votre commentaire. La syntaxe wiki est autorisée:
I J O S G
 
  • namespace/machine.txt
  • Dernière modification: 2019/02/18 23:09
  • (modification externe)