Libération : une modification pas si anecdotique

La lettre politique rédigée par Laurent Joffrin le 2 janvier 2019 à 15:08 a été modifiée ce même jour à 16:11 comme indiqué sur la page web du journal (https://www.liberation.fr/politiques/2019/01/02/qui-est-de-gauche_1700696). Un lecteur demande au service de factchecking de Libé, Checknews, plus d'information sur cette modification, ce à quoi Robin Andraca répond « Si la raison de la mise à jour n’est pas indiquée, c’est qu’elle est anecdotique. » (l'ajout d'une photo, pour des raisons de cross-media) puis « Le texte, lui, en revanche n’a pas été modifié »(https://www.liberation.fr/checknews/2019/01/03/pourquoi-la-lettre-politique-de-laurent-joffrin-qui-est-de-gauche-a-t-elle-ete-modifiee-une-heure-ap_1700823).

Cette réponse, à l'heure de la post-vérité et des fake news n'est pas anecdotique. Elle est a minima inconsciente voire quasi scandaleuse. Libération, nos média d'information en général, suffisamment au fait de ces problématiques au point de développer des Checknews et autres Décodeurs ainsi que des difficultés que posent ce genre de services centralisés dans une rédaction, laissant ainsi prise aux arguments de « non objectivité », quoi que l'on en pense, peuvent-ils se permettre de traiter la question de la correction d'article en ligne de manière aussi légère ?

  • qu'est-ce qu'une correction anecdotique ? Où commence la correction essentielle ?
  • va-t-il falloir poser la question de la nature de la correction à chaque occurrence ?
  • doit-on croire Checknews sur parole ? Comment peut-on vérifier que la correction est bien celle qui est déclarée ?
    • peut-on citer un article sachant qu'il peut demain accepter une modification qui rendra caduque notre citation ?
    • et de manière générale, comment s'assurer de nos références, de notre culture, communes dans un contexte où la source papier ne serait éventuellement plus là pour en faire foi (pensons aux média exclusivement numérique, les pure-players, ce qu'ils seront peut-être tous dans un avenir proche) ?

    Est-ce que la réponse de Checknews n'aurait pas dû être plutôt « Dans un effort de transparence nous sommes en train de mettre en place un outil qui permettra d'afficher sur notre site les différences entre deux “versions” d'un même article dans le cas où il aurait été retouché. » À quoi il faudrait ajouter « La politique adoptée par notre rédaction en matière de modification d'articles publiés est disponible ici (avec renvoi vers le texte en question). »

Ce type d'outils existent et peuvent être aisément implémentés. Ils ne résolvent pourtant pas tout car à partir du moment où la base de donnée des articles est accessible à ladite rédaction il est toujours possible d'aller retoucher l'article original afin que le différentiel ne soit plus pertinent. L'idéal serait que les données soient confiées aussi à au moins deux tiers de confiance, des hébergeurs libres ayant ainsi chacun un exemplaire de la version originale faisant foi, non accessibles à l'éditeur. Le différentiel pourrait être calculé entre l'un de ces originaux conservés à l'extérieur et la dernière version en ligne.

Il faut espérer que cette « anecdote » fera son chemin jusqu'aux responsables éditoriaux de Libération comme de tout média sensible à la question de l'intégrité de l'information en ligne.

Dans le cas de cette Lettre la réponse était simple à donner car la modification était récente. Mais qu'en est-il par exemple de ce second cas : «Tout le monde a intérêt à transformer Internet en Minitel» article du 6 février 2009 à 11:17 mis à jour le 13 août 2010 à 17:16 ? Je sais pour l'avoir demandée que la réponse n'existe pas (http://www.liberation.fr/ecrans/2009/02/06/tout-le-monde-a-interet-a-transformer-internet-en-minitel_949005)… Danger.

Entrer votre commentaire. La syntaxe wiki est autorisée:
Z P J M W
 
  • namespace/libe.txt
  • Dernière modification: 2019/02/18 23:09
  • (modification externe)